Rechercher
  • Mickaël Aubry

Hyperémotivité : comprendre et mieux vivre sa différence.


"Elle est trop douillette », « trop sensible », « t’es too much », « t’en rajoute », « ça va, n’en fait pas tout un plat » … cela vous parle ? Ces petites phrases entendues, certaines depuis l’enfance, parce que vous êtes en décalage, vous exprimez « trop » vos émotions et ça perturbe. Comment mieux vivre cette grande sensibilité émotive ?


L’hyperémotivité, ça veut dire quoi ?


Incompris.e, vous avez parfois le sentiment de déranger, d’être inadapté.es à la société. Vous vous sentez submergé.es par des émotions qui débordent et prennent toute la place. Nous sommes tous différents face aux émotions. L’hyperémotivité, qu’on pourrait définir comme étant une haute sensibilité émotionnelle, représente une capacité particulièrement fine et intense à ressentir la moindre émotion, en soi ou chez l’autre, dans des proportions supérieures à la moyenne.

Alors bien évidemment, cette sensibilité est source de souffrance profonde lorsqu’elle est subie et incontrôlée. En revanche, elle devient un atout humain de grande valeur lorsqu’elle est apprivoisée. Cela signifie que tout l’enjeu sera justement de comprendre son fonctionnement et trouver des outils adaptés pour mieux vivre cette haute émotivité.



Le quotidien d’une personne hyperémotive ?


Souvent, hyperémotivité et hypersensibilité sont colocataires. Si bien que quand la première génère une grande intensité émotionnelle, la seconde s’accompagne d’une sensibilité accrue aux stimuli sensoriels (lumières, odeurs, bruits, saveurs ou certaines sensations de textiles). Ces hyperémotifs sont de véritables éponges émotionnelles, douées d’une grande intuition et naturellement dotée d’empathie. Arriver dans un groupe et ressentir instinctivement la teinte émotionnelle qui y règne, recevoir une remarque comme une profonde et douloureuse remise en question, ces situations vous sont familières si vous vous reconnaissez dans ce type d’âmes sensibles.

Intérieurement, vous êtes souvent au cœur d’une vaine lutte intérieure. Cela se traduit par un dilemme insolvable : contenir ce qui déborde pour rentrer dans le moule ou laisser déborder ce qui ne peut être contenu au risque de subir le décalage social ? Et s’il y avait une option intermédiaire pour mieux vivre cette différence ?

Pour envisager de changer de fonctionnement, il est parfois important de comprendre le mécanisme qui l’active. Lorsque le cerveau envoie une émotion, c’est une façon pour lui de nous transmettre un message. Or son intensité est liée à la perception que nous associons à ce qui génère cette émotion. Donc on peut distinguer les faits et leur interprétation. Ainsi, si vous êtes hyperémotif, vous associez aux faits une interprétation plus intense qu’une autre personne. D’accord, et une fois que nous avons dit cela, comment le changement se manifeste concrètement ?


Prendre du recul et changer de point de vue avec l’hypnose


L’hypnose a cet avantage de vous emmener dans un voyage intérieur au cours duquel vous pourrez explorer différentes façons d’être, de ressentir, d’agir. Ainsi tout votre être apprend de ce voyage et revient enrichi d’un nouveau comportement qui va se mettre en place à votre rythme afin de vous faire ressentir les bénéfices de ce changement.

Les points clefs pour mieux vivre votre hyperémotivité ? Vous accepter et vous aimer comme vous êtes, avec vos différences et votre spécificité. Apprendre à vous protéger en intégrant plus de détachement au quotidien. Oser dire et exprimer ce que vous ressentez sur le moment si c’est bon pour vous. Enfin, et surtout, respirez. Pour cela, la cohérence cardiaque est une technique redoutablement efficace pour faire baisser instantanément l’intensité émotionnelle et prendre du recul.

Vous êtes parfaite.s avec vos imperfections. « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris » disait Oscar Wild.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout